X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Guillaume Nery et Youri Zoon

prennent la pose en costume

Par Claire Byache , le 28 janvier 2013

Guillaume Nery, apnéiste, et Youri Zoon, kitesurfeur, se sont prêtés au jeu de la leçon de smoking en onze tableaux. Sinon, ces deux sportifs sont les nouvelles égéries Biotherm. Vous avez dit précieux ? Nous répondons très sûrs de leur virilité, au contraire.

Youri Zoon

Kitesurfeur, champion du monde de freestyle

« C’est comme ça, dans le kite : pas de crème. » La vie, mes amis, est décidément injuste. Comment ce garçon peut-il avoir la mèche si élégamment négligée, la peau si parfaitement tannée et le sourire si généreux s’il n’utilise aucun subterfuge ? Une hypothèse : l’équation virile « écume + sel + vent + je-suis-un-homme-qui-affronte-les-éléments » a encore frappé. À 23 ans, ce casse-cou hollandais évolue sur le plateau de notre shooting comme un poisson dans l’eau. Tombe la chemise, se laisse coiffer, ceinturer, plaisante pendant les ourlets. Décidés à le pousser dans ses retranchements, on insiste sur ses « secrets de beauté ». « Jusqu’ici, je n’ai jamais vraiment pris soin de mon physique. J’applique une protection solaire avant d’aller à l’eau, et encore. » Avant d’ajouter : « Ah, si, depuis le printemps, j’hydrate mon visage chaque fois que je prends l’avion ». Ça y est, on l’a coincé. Sachant que Youri a déjà volé plus de soixante fois cette année, et qu’il reste encore un mois avant 2013, combien de tubes son partenaire Biotherm lui a-t-il fourni en 2012 ? Ah, voilà la faille ! Le kitesurfeur aime les extrêmes. D’accord, c’est son job. N’empêche, en matière de cosmétique, mieux vaut ne pas lui en promettre : une fois accro, il consomme les tubes à la vitesse d’un A380, et pour la preview, il va être en 2013 l’égérie d’une toute nouvelle innovation pour la marque de cosmétique. Anyway. Youri est un super compromis entre l’homme très nature et le sophistiqué : il passe sa vie en tongs, mais avoue une presque addiction aux souliers. Il n’a aucun emploi du temps, mais vénère les montres. Il vit en boardshort, mais apprécie les complets vestons. À la façon d’un James Beach, d’un Bond Boy génie de l’anti-kitch. On s’incline, Youri.

Guillaume Nery

Apnéiste, champion du monde sans assistance

Il dit que sous l’eau, il a l’impression de voler. Que l’apnée n’a rien d’une souffrance, qu’au contraire c’est une relaxation absolue à condition qu’elle soit réalisée dans le bien-être et l’acceptation, surtout pas dans l’effort ni la lutte. Guillaume a 30 ans. Il est grand, séduisant, gracieux. On sait qu’il est capable d’amener son corps vers l’extrême. On sait qu’il a – forcément – un mental hallucinant. On ignorait en revanche qu’il pouvait jouer avec un objectif sans aucun signe de timidité. En réalité, il sait voir dans une séance photo un travail artistique plutôt qu’une corvée. Espiègle, il cite la scène mythique du Grand Bleu, celle où les plongeurs trinquent au champagne en smoking, tout mouillés. Sourit. Précise qu’il aime respecter les codes et les gens. Avant d’ajouter : « L’apparence, on ne s’en fiche pas. » Il a déjà la sagesse qui auréole les grands champions. « Un sportif prend soin de son corps autant que de son esprit. Il doit essayer de trouver l’équilibre. Ne pas brader son bien-être et considérer l’être dans sa globalité : l’extérieur, l’intérieur, l’esprit. » À ce propos, il affirme que l’état de la peau révèle beaucoup. Que le jour où il a fêté ses 30 ans, ça ne l’a pas trop fait marrer. Mais que chic, Biotherm est arrivé pile au bon moment, avec ses soins ultra protecteurs, hydratants, parfaits pour les épidermes comme le sien, très exposés au sel, au chlore et au soleil (Guillaume est le nouveau visage d’Aquapower). Que si, plus jeune, il se moquait de son ami Loïc Leferme lorsque celui-ci se crémait après une session, désormais, il n’oublie jamais d’hydrater la peau de son visage post-plongée. Il descend à 117 mètres, Guillaume. En 3’30. Et sans assistance. Il a compris. L’esprit, déconnecté du corps, ne peut aller nulle part. Jamais.

lire le magazine

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.