X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.

Wang & Ramirez, la danse identitaire

Par Bérénice Marmonier , le 11 mars 2016

Sous l’objectif du créateur britannique Paul Smith, le couple de danseurs Honji Wang et Sébastien Ramirez a joué les mannequins en mouvement. Ceux qui ont chorégraphié des tableaux du Rebel Heart Tour de Madonna veulent aujourd’hui porter leur art vers d’autres territoires, y compris celui de la mode.

Croisement des genres 	« Sébastien est la fondation du...

Croisement des genres

« Sébastien est la fondation du couple. Il a ce côté plus classique alors que moi, je suis plus extravagante, j’aime oser. Et je peux me permettre de le faire, car je sais qu’il est là. Nos goûts sont différents mais complémentaires », reconnaît Honji Wang. D’autant plus qu’ils forment un duo multiculturel. L’un est franco-espagnol, l’autre germano-coréenne. « Nos parents ne peuvent pas communiquer. On joue les traducteurs. Au final, il n’y a que des sourires et des bisous », relève un Sébastien Ramirez amusé. Le couple a d’ailleurs créé en 2010 une pièce autour de cette histoire d’amour en plusieurs langues, Monchichi. Pour Sébastien, « ce clash des cultures se retranscrit dans notre travail ». Pour Honji, cette diversité est « une source d’inspiration ».


Croisement des genres

« Sébastien est la fondation du couple. Il a ce côté plus classique alors que moi, je suis plus extravagante, j’aime oser. Et je peux me permettre de le faire, car je sais qu’il est là. Nos goûts sont différents mais complémentaires », reconnaît Honji Wang. D’autant plus qu’ils forment un duo multiculturel. L’un est franco-espagnol, l’autre germano-coréenne. « Nos parents ne peuvent pas communiquer. On joue les traducteurs. Au final, il n’y a que des sourires et des bisous », relève un Sébastien Ramirez amusé. Le couple a d’ailleurs créé en 2010 une pièce autour de cette histoire d’amour en plusieurs langues, Monchichi. Pour Sébastien, « ce clash des cultures se retranscrit dans notre travail ». Pour Honji, cette diversité est « une source d’inspiration ».


lire le magazine

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.