Moteurs L’Infiniti Q50 au scanner
Par Guillaume Coche, le 27 février 2014

L’Infiniti Q50 au scanner

Quand Sport & Style essaie des autos, la rédaction s’engage à respecter le code de la route, ne pas utiliser les véhicules pour des compétitions sportives ni pour le transport de personnes ou de marchandises onéreuses, à acquitter les contraventions et amendes éventuelles liées à ses infractions, et à restituer la voiture à la date convenue dans l’état où elle se trouvait, avec le réservoir plein. Pour le reste, voici nos impressions.

Nom : Infiniti

Prénom : Q50

Options : S Hybrid

Boîte : séquentielle à 7 rapports

Vitesse maxi : 250 km/h

Speed : 5,1 secondes pour passer de 0 à 100 km/h.

Sous le capot : moteur hybride essence de 364 ch (V6 3,5 l de 306 ch couplé avec un moteur électrique de 68 ch).

Couleur : Hagane Blue

Consommation : 6,2 l/100

Émission de CO2 : 144 g/km

À quoi ça ressemble ? Une berline de luxe (4 portes) aux lignes fluides et élégantes.

Qui la regarde ? Les patrons de PME, les couples dont les enfants ont quitté le foyer.

De quoi j’ai l’air dedans ? D’un chef d’entreprise qui veut se démarquer des modèles premium allemands.

Trajet : Bellegarde-Chamonix.

Météo : nuages et neige.

Sensations au volant : souple et agile sur les routes escarpées de montagne, malgré son poids (1,9 tonne). Puissante et stable sur autoroute. Silencieuse en ville. 

After taste : vraie bonne surprise d’avoir conduit une hybride aussi réactive qu’une GT.

À l’extérieur : calandre et poupe joliment dessinées. Flancs lisses et conventionnels.

À l’intérieur : tableau de bord accueillant et bien assemblé. Double écran digital pour GPS, clim’ et réglages de conduite. Espace de vie un peu trop restreint, façon cockpit d’avion.

Le plus : le confort des sièges développés avec la NASA.

Le moins : la taille du coffre réduite par l’emplacement des batteries.

Le détail qui a son importance : la colonne de direction n’est plus mécanique mais électrique (système by-wire). Avantage : les secousses liées aux imperfections de la chaussée sont atténuées dans le volant.

Effet public : l’exotisme discret de la berline statutaire japonaise.

Prix (sans les options) : 53 720 euros.

Sites du groupe Amaury