X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Les maillots de foot noirs, armes de séduction des équipementiers

Les maillots de foot noirs, armes de séduction des équipementiers

Par Bérénice Marmonier , le 30 août 2017

Arsenal, Borussia Dortmund, AS Saint-Étienne, Real Madrid, PSG… La liste des clubs qui possèdent un maillot noir dans leur vestiaire a explosé cette saison. Les équipementiers parient de plus en plus sur ces tuniques noires pour élever le maillot de foot au rang de pièce lifestyle à part entière. Pari réussi ?

Cette saison, bien plus que les précédentes, les équipementiers se sont visiblement passé le mot et ont fait des maillots de couleur noire un de leur produit phare. Le noir serait manifestement une raison d’espérer voir les maillots de foot devenir un peu plus que ça. Un moyen de les sortir de leur utilisation première et de les ériger en vraies pièces de mode. Possible ? Pourquoi pas. Et quoi de mieux que le noir pour y parvenir ?

Et on en trouve dans tous les sens. Puma, en première ligne, a présenté début juillet une collection entière de 23 maillots extérieurs et third, tous... noirs. Une ligne appelée « Step out » qui comprend les tuniques d’Arsenal, du Borussia Dortmund, du Stade Rennais, des Girondins de Bordeaux, entre autres. L’équipementier italien Macron a aussi opté, cette saison, pour un jersey extérieur noir pour l’OGC Nice. Idem pour Le Coq Sportif qui a présenté début juillet un maillot extérieur de l’AS Saint-Étienne de couleur « charbon ». Et la liste gonfle avec, entre autres, le nouveau maillot extérieur du Real Madrid (du noir mixé à du turquoise), le jersey extérieur assez vintage de Manchester United, celui de l’Eintracht Francfort et le troisième maillot du Paris Saint-Germain.

Une tendance qui explose cette année et dont on avait déjà senti les prémices les saisons précédentes. Nike a relooké l’Atlético de Madrid en noir la saison dernière (maillot extérieur), tout comme celui de Manchester City avec quelques touches de jaune fluo. Le Paris Saint-Germain se pavanait aussi avec un troisième maillot 100 % black lors de la saison 2015/16. Sans oublier celui de la Juventus Turin (maillot third 2015/16), du FC Barcelone (2011/12), de Chelsea (2013/14), de l’Olympique de Marseille (2012/13)…

Même les sélections nationales ont été touchées par le côté sombre de la force, et notamment l’équipe de France. Son équipementier Nike a lancé en mars dernier un maillot third qui fait partie d’une collection Black FFF. Sans oublier le (beau) maillot extérieur du Portugal lors de la saison 2015/16.

Pourquoi ce noir alors ?
En parant de noir les maillots extérieurs ou third (le maillot domicile conserve la couleur traditionnelle du club) des équipes des ligues européennes, les équipementiers ont une idée bien précise derrière la tête. « En créant ces kits forts visuellement, nous voulions rendre les joueurs et les fans sûrs d’eux, à la fois sur et en dehors du terrain » explique-t-on chez Puma. Et la marque n’a pas cherché très loin question inspiration : la mode. « Ces tons foncés viennent de nos consommateurs eux-mêmes, qui les utilisent en priorité au quotidien. Nous avons juste apporté un look qu’ils portent déjà, via le prisme du football et du club qu’ils supportent. Aujourd’hui, le maillot de football est une pièce lifestyle à part entière. »

Même son de cloche du côté de Nike qui déclare avoir « développé cette collection noire FFF pour offrir aux fans une représentation différente de la culture, de l’héritage et de l’élégance française ».


Layvin Kurzawa porte la collection black FFF 2017.

Si la mode et le football sont plus que jamais indissociables ces dernières années, les maillots de foot deviennent – ou pour le moins essaient – eux aussi de rentrer dans le rang et d’être portables en dehors des terrains. Même si on a toujours pensé que porter un jersey de foot en ville, en vacances ou, pire, pendant un « date » (un rendez-vous amoureux pour les non-initiés) était un fashion faux pas, les équipementiers essaient de changer la donne avec des tenues plus lifestyle, plus sobres, plus transparentes finalement. Et avec le noir, ils parient sur l’élégance, la force, la distinction (comme pour la ceinture noire dans le judo). L’idée est donc d’atténuer l’identité visuelle bien marquée et propre à chaque club pour rendre le maillot plus passe-partout. Une stratégie à double tranchant, peut-être.

Du côté du Coq Sportif, on justifie ce choix de couleur par une volonté de rendre hommage à l’histoire du club. « Le noir du maillot extérieur est symbolique, il fait référence au passé minier de la région de Saint-Étienne », explique Jean-Philippe Sionneau, responsable de la communication de la marque. « Le stade Geoffroy Guichard a d’ailleurs été construit sur des terres minières. Nous avons voulu véhiculer les valeurs du club, et célébrer la ville. » Un clin d’œil au passé, oui, même s’il confie lui aussi « qu’un maillot noir entre dans une logique plus lifestyle. Il peut être porté en dehors du terrain plus facilement ».

Avec aussi, derrière, des logiques financières. Même si les équipementiers ne communiquent pas ou très peu sur leurs ventes, on peut facilement penser que ces maillots moins marqués attireront à la fois les fans de la première heure et aussi ceux qui veulent se la jouer cool en tribunes, les modeux, les femmes... Bref, le noir rassemble sur et en dehors du terrain. Le gardien bordelais Benoît Costil a d’ailleurs affirmé dans une interview à France Football en juillet dernier qu’il était un amateur de tenues 100 % noires. « Ce que je préfère, ce sont les tenues toutes noires. Je les ai portées tant que j’en ai eu la possibilité avec Rennes. Avec les Girondins, à l’extérieur, peut-être en bleu marine ? On verra. »

Et le noir dans l’histoire du foot ?
Les clubs de football ont très longtemps joué en blanc (ils utilisaient un coton classique). Quand les teintures ont commencé à arriver, les clubs ont adopté des couleurs qui sont devenues un moyen d’identification. Comme les Verts de l’AS Saint-Étienne ou les Canaris nantais. Les maillots noirs se faisaient rares. « L’Allemagne, historiquement, jouait en noir », rappelle Bernard Lions, journaliste à L’Équipe. « Et les arbitres que l'on appelait les corbeaux, étaient en noir sur les terrains. Alors les clubs évitaient d’avoir des tenues proches de celle de l’arbitre. »


L'arbitre Bruno Derrien lors du match Marseille vs Lens (saison 1998/99).

Et ce, jusqu’en 1994. « C’était un principe, une habitude, du bon sens, les clubs n’avaient pas de maillots noirs », explique Bruno Derrien, ancien arbitre international. « Mais depuis le milieu des années 90, l’arbitre a le choix entre quatre tenues de couleurs différentes. Donc il s’adapte en fonction des tuniques des deux clubs, qu’il valide par mail avant le match. »

Les arbitres peuvent donc choisir entre une tenue noire (toujours), jaune pâle, bleue ou fuchsia. Et laisse ainsi la place aux tuniques version « all black » des clubs. Alors « le noir, il ne faut plus en douter, il faut essayer ».

 

lire le magazine

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.