X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
5 bonnes raisons de découvrir Bath

5 bonnes raisons de découvrir Bath

Par Nadia Hamam , le 14 septembre 2016

Exit Londres. Tous à Bath, la ville thermale historique prise d’assaut par les petites et grandes brit stars. Nos cinq bonnes raisons de découvrir le nouveau hot spot anglais, discrètement surnommé West West London.

Se refaire une santé
C’est la première richesse de Bath : un million de litres d’eau chaude curative jaillissent chaque jour de trois sources thermales (les seules du pays). Entre 46 et 49°C, ce liquide magique revendique 42 minéraux. Un vrai bain de jouvence à prendre dans les thermes publics (Thermae Bath Spa) qui n’ont plus grand-chose de populaire depuis qu’ils ont été revus par l’architecte Nicholas Grimshaw en 2006 – la facture des travaux, passée de 15 à 45 millions de livres sterling, le raconte à sa manière. Dans une association moderniste de verre, de pierre, de lumière et d’eau, on passe de la piscine en rooftop avec vue imprenable sur Bath au hammam aux courbes futuristes nimbé de fumées médicinales et de chromothérapie. La piscine en forme de huit cultive un parcours aquatonique pointu. L’ensemble se découvre en session de 2 h (forfait de 32 £, serviette, peignoir et claquettes inclus). Interdit aux moins de 16 ans.

Faire son beau et se faire beau
Ouvert fin 2015 dans un ancien hôpital bâti en 1824, l’hôtel spa cinq étoiles Gainsborough est l’autre haut lieu de bien-être de Bath. Sa déco est signée par l’archi­tecte d’intérieur Alexandra Champalimaud en hommage au peintre Thomas Gainsborough, qui vivait dans les environs. Côté table, une cuisine fusion imaginée par le chef autrichien Johann Lafer. Clou de l’affaire, le seul spa thermal privé du pays déroule saunas traditionnels et infrarouges, hammam, alcôves à eau plus froide ou à glace. Dans les piscines naturelles de températures variables, on pratique l’aquasana, un mélange de yoga, taïchi et karaté. Ou une séance de freedom : des étirements dans tous les sens, en position planche, sous les mains d’un thérapeute qui vous ramène à l’état fœtal. Les soins exploitent le filon de l’eau miraculeuse, comme le Ginger Renewal qui associe gommage, massage, enveloppement chaud et réflexologie à base de gingembre et de minéraux. Certaines chambres sont équipées d’une baignoire fournie en eau thermale. Et l’adresse a son accès direct aux thermes publics.

Travailler sa culture G
Guerres de religion, mariages machiavéliques, liaisons adultères et autres exercices démonstratifs du pouvoir… Vous avez aimé la série Les Tudors ? Vous allez adorer Bath et son casting. Bladud, le prince lépreux guéri par des sources qui jaillissent de terre dans des halos de fumée, fonde la ville et honore la déesse Sulis. Les Romains s’emparent des lieux, sous l’égide de leur déesse Minerve, et fondent les thermes. La grosse reine Anne aux dix-sept grossesses rameute toute l’aristocratie anglaise, portée sur des brancards par des manants jusque dans les eaux sacrées. Et on ne vous dit pas tout… Les noms à retenir ? Ceux de la mafia, au XVIIIe, qui développe la bourgade devenue trop petite. L’architecte John Wood, Ralph Allen, pro-pri­étaire des carrières de pierre des environs, et enfin le maître de cérémonie Richard Beau Nash. Faiseur de modes, ce dernier façonnera l’art de parader en ville. Le trio crée les plus beaux endroits de Bath qui, après les lords, séduisent aujourd’hui les happy few de toute la planète. 

Prendre une leçon d’architecture
Site du patrimoine mondial de l’Unesco, Bath concentre des édifices de différentes périodes historiques. S’il reste des vestiges romains, la ville est dominée par une architecture qui lui est propre, que certains appellent architecture géorgienne. Faux. Le style est palladien, de l’Italien Palladio, qui lui-même s’inspirait des Romains du Ve siècle avant J.-C. Frontons, colonnes doriques, ioniques, corinthiennes… suivez le guide ! Parmi les réalisations de John Wood, les salles d’assemblée accueillirent les ballets de mondanité en bonne et due forme. Le Cirque (The Circus), en 1754, un parangon d’équilibre entre colonnes et façades décoratives, reste le lieu le plus prisé de la ville, fréquenté par les stars (Nicolas Cage et Johnny Depp en tête). S’ensuit le Croissant Royal (Royal Crescent) tout en grandeur et décadence et la place de la Reine (Queen’s Square). Ces adresses valent de l’or sur le Monopoly mondial contemporain.

Prendre un bain arty mondain
Bath, nouveau repaire des stars et autres bien nés. 40 % de sa population triée sur le volet vient de la capitale, fuyant pollution et trafic routier pour profiter de la campagne britannique, de ses sources d’eau chaude bienfaisantes et d’une scène culturelle de premier plan. Les pièces jouées au Théâtre royal sont régulièrement présentées à Londres. On y organise un festival par semaine, dont un, très prisé, autour du cinéma. Sans oublier le club de rugby, l’hippodrome et le stade de football, tous accessibles à pied. En dehors de la ville, les comtés de Bath, Bristol et Somerset tissent un mélange de splendeur géorgienne, de patrimoine de bains romains et d’ingénierie victorienne sur fond de vallons et de vastes plaines. Sentiers de randonnées à pied et à bicyclette frayent entre haies et gorges, dunes de sable et plages d’estuaires. 140 kilomètres de voies navigables relient Bristol et Newbury. On déguste du cheddar dans les célèbres gorges. Et au retour, toujours, la promesse d’un bon bain chaud. 

 

CARNET DE ROUTE
Go go go !
Tous les chemins mènent à Bath ! L’aéroport de Londres Heathrow est à environ 160 kilomètres. L’aéroport international de Bristol à environ 30 kilomètres.
Un service de navette avec chauffeur à destination et en provenance de Londres (Saint-Pancras) est disponible. Par train, la gare de Bath est à 5-10 minutes à pied du Gainsborough Bath Spa.
fr.visitbath.co.uk

Sweet dreams
The Gainsborough Bath Spa, à partir de 230 € la nuit en chambre standard.
thegainsboroughbathspa.co.uk

Foodies
À vivre, l’incontournable lunch tradi-nostalgique à Sally Lunn’s, dans une maison historique. On termine par un thé et l’une des fameuses brioches de cette Française qui a fuit les persécutions religieuses, puis on visite le petit musée en sous-sol, qui explique bien les différentes périodes architecturales du quartier. sallylunns.co.uk

 

lire le magazine

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.