X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
On a testé le premier festival outdoor de The North Face

On a testé le premier festival outdoor de The North Face

Par Bérénice Marmonier , le 19 septembre 2016

C’était ce week-end dans les Alpes suisses. La marque américaine The North Face lançait son premier festival outdoor, le Mountain Festival. Au programme : excursions sportives, rencontres avec des athlètes, musique et bonne ambiance.

Le décor : C’est en plein milieu des Alpes suisses, à deux heures de Zurich (à Lauterbrunnen précisément) que le Mountain Festival a pris ses quartiers ce week-end, aux pieds des gigantesques parois rocheuses de la montagne Eiger. Les festivaliers installaient leurs tentes dans un décor où seul le bruit des cascades environnantes venait troubler le silence et la quiétude du lieu. « On aurait pu le faire dans les Dolomites, à Chamonix ou autres, confie Keith Byrne, directeur de la marque The North Face. Mais on a voulu le faire ici, il y a de l'espace et beaucoup de personnes ne connaissaient pas cet endroit malgré le fait qu’il soit iconique en Suisse ».

L’idée : faire évader les personnes avides d’exploration. Et notamment les citadins. « Nos consommateurs qu’ils soient à Londres, Paris ou Munich rêvent d’être dans les montagnes, explique Keith Byrne. L’exploration est quelque chose qui ne s’achète pas. Alors on a voulu leur donner l’opportunité de venir dans les Alpes où ils peuvent avoir accès à des guides, avoir accès à des conférences sur la nutrition… » Résultat : les 600 billets, à 100 euros pour les premiers arrivants puis à 150 euros (qui comprennent un emplacement sur le campement, la nourriture, les activités pour les trois journées du festival) ont rapidement trouvé preneur. « On se retrouve avec un mix de personnes très différentes, analyse Keith Byrne. Certains campent pour la première fois, d'autres sont venus en famille.... L’outdoor peut être élitiste, c’est pour cela que l’on a proposé quelque chose d’accessible ».

Le programme : ces trois jours de festival étaient rythmés par de nombreuses activités, qu’il fallait booker en amont. Certaines étaient comprises dans le prix du billet comme des randonnées, des trails - au levé du soleil ou même de nuit - de l’escalade et de l’alpinisme, tout cela à différents niveaux (de débutant au niveau avancé). D’autres activités étaient proposées (en supplément) comme du canyoning, du parapente ou du rafting. Sans oublier des ateliers découvertes sur la photographie d’aventures ou sur la cuisine d’expédition. Les soirées étaient animées par des concerts ou des « inspiring talks » avec des athlètes The North Face. Parmi eux la Brésilienne Fernanda Maciel spécialiste de l’ultra-trail ou les alpinistes Simone Moro ou Tamara Lunger (la plus jeune femme à avoir gravi le mont Lhotse dans l’Himalaya).

Les plus : le bon état d'esprit et la proximité. Entre les festivaliers dans un premier temps. Qu’ils viennent de Berlin, Londres ou Genève, tous échangeaient autour du feu, d’un repas ou pendant les excursions. « Tout le monde se dit bonjour, bonne nuit… Alors qu’en ville ce n’est pas quelque chose de normal, apprécie Keith Byrne. Les gens se retrouvent autour du feu et se racontent des histoires. ». Et sans oublier la proximité avec les athlètes The North Face présents sur l’événement. Ces derniers partageaient leur expérience, le soir (et souvent avec humour comme du côté de l’alpiniste italien Simone Moro et de Tamara Lunger). Des sportifs de haut niveau qui menaient aussi des activités aux côtés de quelques explorateurs privilégiés.

Les moins : le manque d’activités non-sportives la journée - la pluie s’étant invitée pendant les trois jours du festival, certaines expéditions (comme le parapente ou l’escalade) ont été annulées. Et la localisation. Lauterbrunnen n’est pas facile d’accès pour les citadins. Vic, un jeune Parisien, qui n’était pas véhiculé a mis de nombreuses heures avant d’atteindre le camp : « j’ai même dû dormir une nuit à Berne et reprendre le chemin le lendemain ».

Vivement le prochain ? Même si, comme l’affirme Keith Byrne, ce premier festival « n’est qu’un test. On va faire les comptes et on va voir si on s’y retrouve », il y a une réel volonté de la part de The North Face de rééditer l’expérience. So stay tuned !

 

 

lire le magazine

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.