Un top mis à nu Lyse Ruchat
Marc Lagrange Par Jérôme Lechevalier, le 10 janvier 2013

Lyse Ruchat se dévoile

Deux objectifs sont posés sur elle… Le mannequin français Lyse Ruchat ne sait plus où donner de la tête. Et nous non plus !

C’est un boudoir sur cour d’une maison de maître anversoise avec son parquet en marqueterie grand siècle et son balcon aux colonnades de pierre. Mais ce sont les années 1970 que nous traversons en surprenant le mannequin français Lyse Ruchat jouant avec ce Polaroïd SX70. Cet appareil lui a été confié par le photographe belge Marc Lagrange, qui en possède toute une collection. À l’abri de la lumière sous un drap noir, il observe l’image inversée de la jeune femme sur la visée de sa chambre photographique grand format de chez L.F. Deardoff & Sons. Cette prise de vue fait partie de son projet Villa Amori. Pendant ces dix journées de septembre 2010, dans cette demeure où se succèdent des escaliers et des couloirs sans fin décorés de bronzes baroques, d’anges dorés et d’esclaves taillés dans l’ébène portant des flambeaux (comme dans la chanson L’hôtel particulier de Serge Gainsbourg), Marc Lagrange complète son imagier fantasmé. Avec « un cocktail d’érotisme léger, de sensualité raffinée et un soupçon de décadence », il compose un hymne à la beauté du corps des femmes. 

Sites du groupe Amaury