X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Luke Wood : « Quand j’arrive dans une nouvelle ville, je la découvre d’abord en courant »

Luke Wood : « Quand j’arrive dans une nouvelle ville, je la découvre d’abord en courant »

Par Paul Miquel , le 06 septembre 2017

Président de Beats Electronics, ancien guitariste et grand runner devant l’éternel, l’Américain Luke Wood déroule sa foulée sur les liens quasi religieux qui existent entre la musique et la course à pied. Où il est question d’intimisme et de justesse. REC.

« Ma relation avec la musique est très instinctive, hyper instantanée, presque automatisée. Généralement, je prépare ma playlist une heure maximum avant d’aller courir, le matin ou le soir. Il n’est jamais question des morceaux ou des albums que j’aime vraiment, mais de l’état d’esprit dans lequel je me trouve et de la façon dont j’ai envie de construire mentalement ma journée ou ma nuit. Cela peut être du hip-hop, du rock, du classique, du funk, des trucs expérimentaux, peu importe. Et je mixe tout ça. J’ai noté que pendant les 20 premières minutes d’une session de running, quand je cours à une allure lente de 8 à 10 km/h, mon corps est totalement dans le rythme du son. Je peux absolument tout intérioriser : le moindre accord, la gravité d’une basse, la puissance des drums.

C’est comme si la musique m’aidait à sortir de moi-même, comme si je n’étais plus moi mais en dehors de moi. Pendant ces 20 premières minutes, j’ai l’impression d’être à la fois au concert et au cinéma, comme si je courais dans un décor géant. Et puis, quand les endorphines commencent à libérer leurs hormones, je passe en mode running à 100 %. Et à cet instant, la musique commence à sortir de moi et mon esprit se libère au même rythme que mes foulées. Et c’est en courant – comme beaucoup de runners, je crois – que j’ai résolu l’essentiel des problèmes que j’ai pu rencontrer dans ma vie. Depuis que je dirige Beats by Dr Dre, toutes les décisions importantes auxquelles j’ai réfléchi sur le plan créatif, je les ai prises en courant. Vraiment. Et comme j’ai toujours mon téléphone avec moi quand je cours, je peux prendre des notes. Pour ne surtout jamais oublier les bonnes idées ! 

« C’est en courant que je peux ressentir le Zeitgeist d’un lieu »
Pour toutes ces raisons, oui, la relation entre la musique et le running est quasiment religieuse pour moi. D’une manière plus générale, j’ai aussi une vision globalisante avec le running. Comme beaucoup d’actifs, je voyage beaucoup, je saute d’un avion à l’autre, d’un hôtel à l’autre, d’un continent à un autre. J’ai parfois l’impression d’être continuellement en transit. Quand j’arrive dans une nouvelle ville, je la découvre d’abord en courant, seul. Je peux voir ce que les gens portent comme vêtements, quelles voitures ils conduisent, s’ils fument ou non dans la rue, comment ils se comportent, s’ils ont de la musique dans les oreilles ou non.

C’est en courant que je peux ressentir le Zeitgeist d’un lieu, idéalement le matin très tôt ; mais pas toujours. À Paris, par exemple, j’adore courir la nuit car je trouve que c’est le moment où la ville se révèle, qu’elle baisse un peu la garde pour offrir ses plus belles choses. Et puis, il y a quelque chose d’un peu magique, presque mystique avec la course à pied. Un sentiment d’intemporalité. J’ai couru dans les rues de Bombay, dans des zones reculées au Cambodge, dans la banlieue de Taipei, et je ne me suis jamais senti en insécurité.

Évidemment, je cours toujours en musique. Indispensable. C’est aussi pour ça que nous avons conclu des accords avec des athlètes comme LeBron James, Serena Williams, Antoine Griezmann ou des clubs comme le PSG : le sport et la musique sont liés à vie. Nous choisissons nos ambassadeurs sur deux critères. Il faut qu’ils aiment passionnément la musique. Et qu’ils le prouvent quotidiennement en restant évidemment au top dans leur discipline. Et c’est aussi pour ça que je voulais développer des écouteurs qui se rechargent en moins de 10 minutes. Car je sais qu’il n’y a rien de plus énervant que de s’apercevoir que ses écouteurs sont déchargés juste avant d’enfiler ses chaussures et son short. »

 

 

lire le magazine

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.