Interviews Yohan Blake
Par Paul Miquel, le 04 avril 2013

Yohan Blake L’interview chrono

On l’appelle « The Beast », la bête. Yohan Blake, le frère ennemi d’Usain Bolt, est pourtant doux comme un agneau. Champion du monde du 100 m à Daegu (2011), vice-champion olympique du 100 et 200 m et champion olympique du relais 4x100 m à Londres (2012), le sprinteur jamaïcain est aussi un grand fondu d’horlogerie. Et fait désormais équipe avec Richard Mille.

Quel est votre rapport à l’horlogerie ?
J’ai toujours aimé les montres, mais je n’ai découvert que très récemment l’univers des montres mécaniques. Et, dans ce domaine, les modèles que fabrique Richard Mille sont réellement très différents de ce qui peut exister ailleurs. Il suffit d’observer la montre qu’il a créée pour moi pour se faire une idée…

Qu’aimez-vous dans l’horlogerie ?
Les modèles avec des mécanismes apparents.

Quelle a été votre première vraie montre ?
Je vais être honnête : ma première vraie montre était une vraie… fausse. Une contrefaçon, donc. Mais je ne vous dirai pas de quelle marque il s’agissait.

Usain Bolt est ambassadeur Hublot. Vous êtes ambassadeur Richard Mille. Etes-vous si différents que ça, tous les deux, pour vous affronter aussi sur le terrain du marketing…
Nous sommes tous les deux des athlètes de haut niveau, des champions. Nous avons horreur de perdre et l’amour de la compétition et de la performance nous réunit. J’adore courir contre lui. En revanche, si Usain Bolt veut arriver à mon niveau sur le plan de l’horlogerie, il ferait bien de demander à Hublot de se bouger…

Aux Jeux olympiques de Londres, vous avez porté une montre Richard Mille en finale du 100 mètres avant de vous faire taper sur les doigts par le CIO…
Je ne pense pas avoir enfreint les règles. C’était bon pour la marque de toute façon, non ?

En Jamaïque, portez-vous tous les jours la RM 59-01, l’incroyable montre high-tech à tourbillon que Richard Mille a conçue en collaboration avec vous ?
Non, impossible ! Même si, maintenant, je me balade constamment avec quatre gardes du corps, je ne la porte que pour les très grandes occasions. En septembre 2012, après la saison, quand je suis revenu au pays, tout le monde voulait voir la fameuse montre avec laquelle j’avais couru aux Jeux de Londres, que Richard Mille m’avait fabriqué sur –mesure. Les gens voulaient la toucher, la porter, la voir de près. C’est dingue : à chaque fois que je la porte, elle ne passe jamais inaperçue. Richard Mille est un pro du marketing…

Sur 100 m, votre record personnel est de 9’’69. Usain Bolt détient le record du monde de la distance en 9’’58. Existe-t-il une limite ?
Non, je ne crois pas. A mon avis, on va bientôt courir en moins de 9’’50 sur 100 m. Cela arrivera forcément. Et peut-être beaucoup plus vite qu’on ne croit.

Personnellement, avez-vous un objectif chronométrique pour 2013 ?
Je n’ai pas des objectifs, seulement des rêves.

Montre Tourbillon RM 59-01 Yohan Blake, boîtier composite translucide à base de nanotubes de carbone injectés, mouvement tourbillon squeletté à remontage manuel, édition limitée à 50 pièces, prix sur demande.

Sites du groupe Amaury