X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
La Maison Ami revisite le mythique sac à dos Eastpak

La Maison Ami revisite le mythique sac à dos Eastpak

Par Claire Mabrut , le 18 novembre 2016

Pour soutenir la lutte contre le Sida, Eastpak a réuni onze pointures du style et les a invités à revisiter son emblématique sac à dos. Alexandre Mattiussi, le fondateur de la marque Ami, est l’un d’entre eux.

Un garçon trentenaire comme vous a-t-il grandi, comme toute sa génération, avec un sac Eastpack sur le dos ?
Alexandre Mattiussi : Évidemment ! Dans quoi aurais-je mis mes livres au lycée ? Aujourd’hui encore, même si j’en crée pour ma propre maison, j’en possède encore. Le sac à dos est devenu un emblème aussi fort et universel que le jean, il fait partie du paysage culturel collectif. Et Eastpak est une marque pour laquelle j’ai beaucoup d’affect. Elle diffuse une vraie image de générosité dans sa manière de réinventer sans cesse son sac iconique. Je vous livre une petite info exclusive : je présenterai une collaboration avec Eastpak lors de mon prochain défilé en janvier à Paris.

En parlant de générosité, celui-ci est assez particulier justement...
La lutte contre le Sida est une cause qui nous tient tous à cœur. Chez AMI, nous avons décidé de reverser la totalité des bénéfices de nos bonnets rouges, notre emblème, au Sidaction. Pour Eastpak, je voulais un sac lumineux, joyeux, festif. Les attentats parisiens avaient eu lieu quelques semaines avant que nous ne parlions de ce projet. Et pour mon défilé, je voulais rendre hommage à Paris, rappeler que malgré la douleur, le soleil continuait de se lever chaque jour et qu’il était de notre responsabilité qu’il continue à le faire. J’ai donc introduit ce tissu pailleté sur quelques pièces, comme un clin d’œil à la Ville Lumière. Ce sac à dos, c’était la suite logique qui voulait mettre un peu de gaieté dans le quotidien.

Mais les paillettes, ce n’est pas toujours évident au quotidien.
Justement ! Je voulais créer un sac qui prendrait totalement le contre-pied du sport et du sportswear. Mais qui soit tout de même hyper solide avec des broderies bien accrochées, pour qu’on puisse le rouler en boule sous une selle de scooter, l’emmener partout avec soi. Je voulais un accessoire poétique qui puisse vivre comme n’importe quel autre sac.

Vous dites que le sac à dos est devenu un classique des vestiaires masculins. Qu’est-ce qui vous plaît tant dans cet accessoire ?
J’aime l’idée qu’il soit un peu le sac à main des garçons. Qui n’en porte pas dans la rue ? Je trouve qu’un mec un peu boy next door a une dégaine sexy avec un backpack à l’épaule. Il donne une allure à la fois casual, sportswear et simple car ce n’est pas un objet prétentieux. Et en même temps, dans des versions plus élaborées, en cuir par exemple, il ne dénote pas avec un beau manteau. En fait, le sac à dos est un objet rassurant, qui ramène toujours à la réalité et à la vraie vie, quel que soit le prix des vêtements que l’on porte.

Que trouve-t-on dans le vôtre ?
Mes affaires de sport comme mon ordinateur, un bouquin, mes clés, une bouteille d’eau, une pomme, mes gants de scooter... tout ce que je transporte tous les jours en fait. Je le laisse traîner par terre, il prend la pluie... Il illustre la philosophie d’AMI, son propos ni tout à fait sport ni trop chic.

Sport et mode sont-ils une évidence, un mariage de raison ou une alliance calibrée pour le business ?
La conception du sportswear a tellement évolué ! Aujourd’hui, personne n’a les mêmes besoins ni le même style du lundi au dimanche. Le vestiaire s’est donc naturellement adapté et le style – ou plutôt les styles – ont fait le reste. Rien de plus normal que de porter un beau blouson en cuir avec un sweat vintage ou même un pantalon de jogging. La mode et le sport se sont mélangés d’instinct au travers d’une réalité qui n’a pas eu besoin de forcer les choses.

La vente des pièces uniques Eastpak Artist Studio 2016 dessinées par AMI Paris, Vetements, Kenzo, Wanda Nylon, Nicopanda, Christopher Raeburn, House of Holland, Jacquemus, Giambattista Valli, Alexandre Vauthier et Inan débutera le 1er décembre, journée mondiale de lutte contre le Sida, en soutien à l’association Designers Against AIDS.
Infos sur www.artiststudio.eastpak.com


La Maison Ami revisite le mythique sac à dos... par SportandStyle

 

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.