X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Odlo, la marque qui va vous faire aimer le froid

Odlo, la marque qui va vous faire aimer le froid

Par Paul Miquel , le 21 décembre 2016

Ancien patron Asie d’Adidas, Christophe Bézu est aujourd’hui aux commandes de la marque d’origine norvégienne Odlo, installée en Suisse depuis 1986, celle-là même qui a popularisé le principe des « trois couches » (évacuation, régulation, protection). Spécialisée dans les sous-vêtements techniques, Odlo aime le froid. Entretien au coin du feu.

Odlo, quatre lettres pour 70 ans d’histoire. C’est en 1946 que le Norvégien Odd Roar Lofterød, champion de ski de fond du canton d’Oslo en 1933, fonde la marque Odlo, contraction de son prénom et de son nom de famille. Au départ, il fabrique des collants d’entraînement pour les patineurs de vitesse qui souffrent du froid. Tout part de là, de cette envie perpétuelle d’aider les sportifs à lutter contre les assauts de l’hiver. Bis repetita en 1963 avec la création des premiers collants d’entraînement élastiques et fonctionnels en fibre Hélanca portés par les membres de l’équipe norvégienne de ski aux JO d’hiver de 1964.

Depuis, Odlo – qui a désormais son siège en Suisse – n’a cessé d’innover : « Athletic Clothing System » (principe des trois couches) en 1973, « Effect by Odlo » (sous-vêtements aux ions d’argent qui neutralisent les mauvaises odeurs) en 2002, « Cubic » (tissu ultra-léger à structure côtelée et cubique) en 2006, « Revolution Technical Wool and Silk » (utilisation technique de la soie et de la laine) en 2014 puis « Temperature Control System » (gamme de quatre sous-vêtements ultra-techniques pour répondre aux besoins de chacun) ainsi qu’une collection « Heritage » lancée en 2016 pour les 70 ans de la marque. What’s next ?

« Nous allons continuer à nous recentrer sur les sous-vêtements techniques et les base-layers » répond Christophe Bézu, le CEO d’Odlo, environ 120 millions d’euros de chiffre d’affaires et 800 salariés. « Nous sommes une marque de froid, nous devons constamment innover. Ce qui ne veut pas dire que nous ne pouvons pas performer en hiver. La preuve avec notre nouvelle technique Ceramicool lancée en 2017 qui sera la première technologie textile du monde permettant de faire baisser la température cutanée d’un degré grâce notamment à l’intégration de microparticules de céramique directement dans la fibre du tissu. »

Notre territoire potentiel est de l’ordre du demi-milliard d’euros de chiffre d’affaires.

Christophe Bézu sait néanmoins que le développement d’Odlo passera par une urbanisation de ses lignes. « Oui » concède-t-il, « il faut que nos vêtements descendent dans la rue. Mais il faut que cela se passe naturellement, sans passer en force. Le problème, c’est que, par définition, nos produits ne se voient puisqu’il s’agit de sous-vêtements… » D’où la création de la ligne Heritage, très fashion, créée pour les 70 ans de la marque. D’où le parrainage de certaines compétitions comme la Odlo Crystal Run (course hivernale de 10 km au cœur de Paris, le 12 février 2017). D’où la volonté de se diversifier sur de nouveaux marchés comme l’équipement médical pour trouver des relais de croissance. D’où la probabilité, aussi, de voir un jour une ligne de linges de maison Odlo…

« L’objectif est simple : doubler les ventes sur 5 ans et devenir une marque globale qui existe tout au long de l’année, all year around comme disent les Américains » indique Christophe Bézu en toute transparence. « Notre territoire potentiel est de l’ordre du demi-milliard d’euros de chiffre d’affaires. » Suffit juste de retrousser les manches…

 

lire le magazine

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.