X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
La nouvelle montre Parmigiani a des airs de Bugatti Chiron

La nouvelle montre Parmigiani a des airs de Bugatti Chiron

Par Nicolas Dembreville , le 26 octobre 2017

La manufacture de Fleurier, Parmigiani, vient de lancer la 4ème mouture de sa famille de montres inspirées des automobiles Bugatti. Le spectaculaire objet est associé cette fois, à l’hypercar Chiron.

C’est la voiture la plus puissante du monde, la plus rapide et aussi la plus chère. La Chiron développe 1500 chevaux, file à 420 km/h et coûte 2,4 millions d’euros. Bugatti qui a développé ce beau joujou, est partenaire de Parmigiani depuis 2004. Cette association est une vraie aubaine pour la manufacture horlogère installée à Fleurier, dans le Jura suisse ! Pour exister face à un bolide de cette trempe, il faut une sacrée montre. « Pour la nouvelle Type 390, j’ai imaginé un garde-temps comme un bloc-moteur accroché au poignet », explique Michel Parmigiani, le fondateur. La montre se présente sous une forme très architecturée. Son spectaculaire boîtier en 3D, rappelle par bien des détails et notamment ses flancs sculptés, la voiture alsacienne. « Pour bien s’adapter au poignet malgré ses dimensions impressionnantes : 57x42 mm, la boîte est articulée sur 12°. Ce pivot a imposé un gros travail sur l’étanchéité », explique Steve Amstutz, vice-président de Parmigiani.

Mécanique d’exception
Le mouvement PF390, spécialement développé pour cette montre, est un tourbillon volant de 80 heures de réserve de marche. Le calibre se présente sous une forme cylindrique et se développe à l’horizontale comme un moteur d’automobile. Chef-d’œuvre de micromécanique, il déploie ses pièces autour d’un axe central. « Il intègre notamment le plus petit roulement du monde. Les billes y mesurent 0,25 mm de diamètre. C’est un peu comme si on installait quatre mini-balles de céramique dans l’épaisseur d’un spaghetti Barilla ! », s’amuse le vice-président. L’exclusivité est une valeur commune aux deux maisons. Bugatti construira 500 exemplaires de la Chiron, pas un de plus. Parmigiani pour sa part, fabriquera 20 unités de la Bugatti Type 390, dix en or blanc et dix en or rose, vendues 295 000 euros. Pour 2018, il se murmure qu’une évolution en titane « pointerait » le bout de ses rouages. Cet alliage léger et résistant permettrait de réduire les 90 g de cette vedette horlogère…

 

lire le magazine

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.