X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Energy Observer, le premier bateau à propulsion hydrogène mis à l'eau

Energy Observer, le premier bateau à propulsion hydrogène mis à l'eau

Par Marin Cusset , le 20 avril 2017

Le projet Energy Observer a été lancé officiellement le week-end dernier à Saint-Malo. Parrainée par Nicolas Hulot, cette incroyable odyssée qui doit durer 6 ans autour du globe a pour but de dénicher des solutions et des idées innovantes pour le monde de demain.

A l’instar du catamaran Race for Water qui a entamé le 9 avril dernier un tour du monde de 5 ans, un autre équipage écolo s’apprête à larguer les amarres dans les prochains jours. Mis à l’eau ce week-end à Saint-Malo, l’Energy Observer est un ancien catamaran de course qui sera dirigé par l’ancien coureur au large Victorien Erussard et son chef d’expédition Jérôme Delafosse. Bien plus qu’une aventure humaine et technologique, le projet est d’abord une garantie de solution pour un futur plus vert. « Avec Energy Observer, nous voulons explorer pour découvrir et partager les solutions pour un futur plus propre », explique Jérôme Delafosse. Un beau voyage attend l’équipage de ce bateau 100% autonome, un périple autour du monde, la découverte de 50 pays et une centaine d’escales pour tenter de trouver des solutions innovantes répondant aux défis du futur.


L'Energy Observer à Saint-Malo lors de sa mise à l'eau le 14 avril dernier.

Mais toute cette expédition ne serait pas possible sans un outil à la hauteur des ambitions du projet. Baptisé du même nom que l’opération qu’il abritera, l’Energy Observer est un véritable laboratoire producteur d’énergies renouvelables. Ainsi, son pont est couvert de panneaux photovoltaïques et dispose d’une éolienne pour utiliser la force du vent, plutôt utile en mer. Grâce à ces énergies renouvelables, le bateau est autonome et tire sa propulsion de la production décarbonée d’hydrogène à partir de l’eau de mer. Ce navire représente bien le projet et ses valeurs selon son capitaine Victorien Erussard « C’est une reconversion à double sens : recycler un catamaran de course léger et fiable, recordman autour du monde et permettre ainsi d’investir dans la recherche et développement, plutôt que dans le composite ».

Une chose est sûre, ce bateau ne viendra pas menacer le record du tour du monde à la voile, mais pourrait remporter des victoires bien plus importantes sur le plan écologique. 

 

lire le magazine

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.