X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
On a testé l'imposant SUV Ford Edge en haute altitude

On a testé l'imposant SUV Ford Edge en haute altitude

Par Paul Miquel , le 24 février 2017

C’est un gros SUV qui, jusqu’à peu, n’était commercialisé qu’en Amérique du Nord. Il a débarqué en Europe et compte bien se faire une place au soleil sur ce marché complexe des modèles à la fois familiaux et statutaires. Son nom ? Le Ford Edge. On l’a fait rouler en montagne pour voir ce qu’il avait dans le ventre…

Nom : Ford

Prénom : Edge

Options : all inclusive avec le 2.0 210 AWD Sport Powershift…

Boîte : automatique Powershift à double embrayage pour 6 rapports.

Sous le capot : 4 cylindres 1.4 TFSI, 150 ch, double injection et turbo.

Couleur : Cherry Red, entre le brun vénitien et le carmin profond

Conso : 5,9 l/100 km.

Emission CO2 : 152 grammes de CO2 par km

Mission : S’approprier l’auto pendant une semaine en hiver pour se faire une idée de la bête. Routes de montagnes, chemins enneigés, longs trajets autoroutiers et quelques jours dans Paris. L’idée ? L’utiliser en conditions de vie réelles, seul ou en famille.

Lieu du test : Vallée de l’Ubaye, dans les Alpes de Haute-Provence, et à Paris.

Météo : Un peu de neige et beaucoup de soleil.

À quoi ça ressemble un Edge ? Pas de doute, ça ressemble à un SUV américain. Commercialisé depuis 2014 aux Etats-Unis et au Canada, le Edge débarque enfin sur le Vieux Continent. Outre-Atlantique, c’est une auto « normale ». Ici, c’est une géante : 4,81 m de long, 1,93 m de large et 1,69 m de haut. On est clairement dans le segment des mastodontes de la route. En revanche, son design relativement sobre lui offre une vraie discrétion. Idem pour l’habitacle : à l’intérieur, c’est l’Amérique ! Il y a vraiment du volume, notamment pour les passagers de la banquette arrière. On aime aussi ses lignes félines, presque apaisantes.

Qui la regarde ? Beaucoup de monde, surtout des hommes. Vu que ce modèle est encore très peu connu en France, les regards sont souvent insistants, interrogatifs et se portent systématiquement sur l’arrière du véhicule… pour identifier son nom. Plusieurs personnes, au moins une dizaine, ont même frappé à la portière pour en savoir davantage sur ce mystérieux Edge. Et l’un d’entre eux, ancien propriétaire d’un SUV concurrent de marque allemande, a directement pris rendez-vous chez un concessionnaire Ford pour l’essayer dans la foulée. Véridique.

De quoi j’ai l’air dedans ? De quelqu’un qui a du goût, qui cherche davantage le plaisir et le confort que les relations statutaires et le bling-bling. Une bonne auto pour assumer la part d’américanisme qui réside en chacun de nous d’autant que le système de réduction du bruit extérieur (bluffant) permet de rouler en toute quiétude et fait oublier ses 1949 kg ! En revanche, quand on croise un tracteur sur une étroite départementale en sens inverse, on se rend vraiment compte de l’envergure hors-norme du Edge.

Sensations au volant : Que du smooth. On pensait que ce gros SUV nord-américain serait un peu paresseux niveau conduite. Erreur. Ok, ce n’est qu’un quatre cylindres mais on a su apprécier ses trains roulants vraiment dynamiques. La suspension du modèle commercialisé en Europe a en effet été raffermie pour s’adapter aux standards (et aux routes) d’ici. Un bon point. Sur l’autoroute, régulateur de vitesse et système anticollision offrent une garantie ultime de sécurité. Petit bémol sur l’efficacité du GPS, un peu lent à la détente.

À l’extérieur : Un gabarit de basketteur NBA. Des lignes costaudes, un peu basiques mais efficaces. Comme un Kuga mais en beaucoup plus gros avec ses 2,85 m d’empattement…

À l’intérieur : L’habitabilité est impressionnante : on est plus proche de la villa américaine que de l’appartement parisien. En résumé, l’espace intérieur est d’un confort rare. On ne parle pas ici de luxe inutile mais d’espace de vie. Seul regret : la baquette arrière se rabat 2/3 ou 1/3 mais ne coulisse pas et ne présente pas de trappe centrale pour y placer les skis.

Le détail qui a son importance : Ici, pas de surenchère mécanique mais un rapport qualité/prix absolument irréprochable pour cette gamme de gros SUV. On a aimé le « pack sécurité » avec aide au maintien dans la file (impressionnant), caméra de recul, lecture des panneaux de signalisation, régulateur adaptatif et freinage d’urgence avec détection des piétons. Un SUV familial par excellence, avec une belle gueule de tout-terrain du grand ouest…

Prix (sans les options) : à partir de 42 750 euros.

www.ford.com

 

lire le magazine

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.