X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Adrien Théaux : « enfin décrocher une médaille olympique »

Adrien Théaux : « enfin décrocher une médaille olympique »

Par Antoine Saint-Cène , le 10 octobre 2017

En marge de la présentation des tenues de l’équipe de France olympique dessinées par Lacoste, Adrien Théaux, médaillé de bronze au super-G des championnats du monde ski alpin en 2015, donne ses objectifs pour les JO de Pyongcheang, et nous livre ses impressions sur les tenues de la délégation française.

À un peu plus de 100 jours des Jeux olympiques de Pyeongchang, comment se passe votre préparation ?
Au printemps, nous avons quatre semaines de vacances, de mi-avril à mi-mai à peu près. On attaque ensuite la préparation physique pendant un mois et demi, puis on chausse les skis pour 3 fois 5 jours. À la fin du mois de juillet, on refait un petit bloc de préparation physique, avant de partir un mois au Chili. Là, c’est le stage le plus important de l’année, des plus intenses. À cause de la haute altitude, nous terminons usés, mais ce stage est très important car il nous permet d’essayer les skis, de travailler techniquement et de faire les plus gros réglages. Après quelques jours de repos, nous réattaquons à Tignes pour peaufiner les derniers détails, et on commence véritablement la saison au Canada. Ensuite tout s’enchaîne, on ne touche plus terre jusqu’aux JO, voire même un peu après.

Comment vous sentez-vous pour les JO ?
Plutôt bien. J’espère pouvoir y aller et j’ai hâte d’y être parce que jusqu’à maintenant les JO ne m’ont pas bien réussi.  Je n’ai pas fait les résultats que je souhaitais, en tout cas pas ceux obtenus en Coupe du monde les semaines d’avant. Cette fois-ci, j’ai donc voulu changer quelques petits trucs techniquement et mentalement. J’essaie d’aborder ces grands événements d’une autre manière, de changer mon approche pour enfin décrocher une médaille olympique. C’est l’objectif que je me suis fixé. Quand on est sur des championnats du monde ou des Jeux, il n’y a que la médaille qui compte. Le reste, finir cinquième par exemple, ne sert strictement à rien, personne ne s’en souvient. Sur une Coupe du monde, c’est intéressant pour les classements, mais moi je vise la médaille.

Vous êtes confiant sur vos chances de médaille en Corée ?
Le ski reste un sport d’extérieur, donc on ne sait jamais ce qu’il peut se passer, mais oui, je pense que j’ai démontré ces dernières années que j’avais les qualités nécessaires. Les entraînements se sont bien passés ces dernières semaines, bien mieux que l’année dernière en tout cas, ce qui est encourageant.

Que pensez-vous des tenues dessinées par Lacoste pour la délégation française ?
Les couleurs des tenues rappellent l’équipe de France et le drapeau français, je les trouve très réussies. J’ai vraiment adoré celles que Lacoste a fait pour les JO de Sotchi, dont la veste pour la cérémonie d’ouverture, et c’est vrai que cette année elles sont vraiment très belles aussi. Les vêtements sont chauds, on voit qu’ils ont encore amélioré la technicité, on se sent vraiment très bien dedans. Il nous arrivait d’avoir froid parfois quand on était habillés par des marques qui n’ont pas l’habitude de faire des vêtements chauds, mais avec Lacoste c’est différent. On sent que la marque a un savoir-faire et a beaucoup travaillé pour répondre à nos attentes. J’aime beaucoup le mélange de style – chic, élégant et sport à la fois – que dégage les tenues.

Vous pensez faire bonne impression auprès des autres délégations en Corée du Sud avec ces tenues ?
Je suis peut-être un peu chauvin, mais je pense que oui. Pour moi, en 2014 à Sotchi, on avait déjà les plus belles tenues. Cela n’a pas tout le temps été le cas et je trouve que depuis que Lacoste est partenaire du CNOSF, on a la classe. La France c’est aussi la haute couture, un certain savoir-faire, et Lacoste a ce savoir-faire à la française. Même si je ne connais pas celles des autres pays, je pense qu’on sera dans les plus belles tenues. En tout cas, je suis très content et fier de pouvoir les porter.

 

lire le magazine

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.