X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Notre shooting en Polynésie avec les nageurs du CN de Marseille

Notre shooting en Polynésie avec les nageurs du CN de Marseille

Par Laurence Gounel , le 08 décembre 2016

Florent Manaudou, Camille Lacourt, Frédérick Bousquet, Grégory Mallet et Giacomo Perez-Dortona. La crème des bassins français a embarqué Sport & Style pour une virée sous le soleil polynésien. À découvrir dans le nouveau magazine, en kiosques samedi 10 décembre avec L'Équipe.

Difficile de les ignorer quand ils débarquent dimanche matin au terminal 2 de Roissy, désert. Cinq athlètes (presque) ordinaires – Florent Manaudou, Camille Lacourt, Frédérick Bousquet, Grégory Mallet et Giacomo Perez-Dortona – qui dépassent tout le monde d’une bonne tête, camouflée dans la capuche de leur hoodie. Bonjour rapide, un peu absent. Le voyage a semble-t-il commencé hier soir pour les cinq doigts de la main qui ont tiré parti de leur escale à Paname pour être sûrs de piquer un bon roupillon pendant les 24 heures de vol qui nous attendent. Direction Papeete, Polynésie française.

Cinq potes full stream donc, des médailles olympiques et des titres de champions du monde en veux-tu en voilà, tous salariés de la grosse « écurie » du Cercle des nageurs marseillais, et qui ont répondu à l’invitation de leur complice Stéphane Debaere, le nageur polynésien qui s’entraîne à Talence. Les îles sont en effervescence depuis l’annonce de leur venue a prévenu l’attachée de presse la veille. Tu m’étonnes. Passé le petit salon VIP couleur locale, c’est en rock stars qu’ils sont attendus dans le hall d’arrivée. Ambiance haka marquisien et selfies avec Miss Tahiti.

LA FAMILLE DU CERCLE
Le sujet ? Transmettre un peu (beaucoup) de leur passion aux enfants des îles sous le Vent. Je comprends vite que c’est aussi l’envie de finir en beauté qui les réunit face au lagon. En beauté et ensemble. Les vannes fusent. Et mes premières impressions – un groupe potache qui se suffit à lui-même – trouvent une raison. Pas d’arrogance ni de complexe de supériorité comme j’ai pu lire ou entendre avant de partir. J’ai devant moi une bande de potes fusionnels. Le genre d’amitié qui suscite les jalousies. Et qui, me confirment-ils, fait la différence dans la performance. Romain Barnier, à l’origine du renouveau du Cercle des nageurs marseillais, n’a pas seulement innové avec ses coaches et des méthodes rapportées d’outre-Atlantique – pour faire simple, une vision globale qui consiste à former des athlètes avant de former des nageurs. Il a su parier sur des personnalités plutôt que sur des CV et des palmarès. Il a casté « des profils qui sont prêts à recevoir autant qu’à donner. Au risque d’avoir tellement donné que l’autre va te battre, mais ce n’est pas grave : le but du jeu est d’être tous à 100 % » lance Camille Lacourt, champion du monde du 100 m dos, qui lorgnait avec envie sur le Cercle avant de l’intégrer. Conscient aussi que l’on y conçoit la natation comme un jeu. « De l’extérieur, j’avais l’impression de voir une bande de potes qui faisaient du sport en s’amusant. Et ça avait l’air vachement moins dur », surenchérit Florent Manaudou. « C’est vrai que les sportifs du Cercle ont tous un trait de caractère un peu fantasque. On est tous un peu fous, chacun dans notre genre. »


RETROUVEZ L'INTÉGRALITÉ DE L'ARTICLE DANS LE NOUVEAU SPORT & STYLE, EN KIOSQUES LE SAMEDI 10 DÉCEMBRE AVEC L'ÉQUIPE.


 

 

lire le magazine

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.