X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Puma, grand perdant du mondial 2018 ?

Puma, grand perdant du mondial 2018 ?

Par Antoine Saint-Cène , le 16 novembre 2017

S'il faudra attendre le soir du 15 juillet prochain pour connaître le nouveau champion du monde de football, on connaît déjà au moins un perdant, Puma. Habitué à jouer les troubles fêtes dans une hiérarchie dominée par Adidas et Nike, la griffe allemande ne comptera que deux représentants en Russie.

Tenue en échec par la Suède sur sa pelouse de San Siro à Milan lundi soir, la sélection italienne est la seule nation championne du monde à ne pas se qualifier pour la Coupe du monde 2018 en Russie. Une énorme déception pour les Italiens, mais aussi pour Puma qui n’avait certainement pas vu le coup venir, comme en témoignent les fresques murales à l’effigie de Buffon qu’avait fait faire la marque allemande en parallèle avec la présentation du nouveau maillot. Equipementier de sept équipes nationales, Puma pensait sans doute stopper l’hémorragie des équipes éliminées avec la Squadra azzurra, raté !  En plus de l’Italie, L’Algérie, le Cameroun, le Ghana et la Côte d’Ivoire ont tous échoué dans la course à la qualification. En résumée, sur les sept sélections sous contrat avec Puma, seules deux participeront au mondial l’été prochain : l’Uruguay et la Suisse.

Un bilan maigre pour une marque qui comptait dans ses rangs douze mondialistes en 2006, puis sept en 2010 et huit en 2014. Du côté des rivaux, les deux géants Adidas et Nike se taillent la plus grande part du gâteau avec respectivement douze et dix nations représentées en Russie, et pas des moindres. L’Allemagne, l’Argentine, l’Espagne (Adidas), la France et le Brésil (Nike) étant régulièrement cités parmi les favoris de l’épreuve. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien si la marque aux trois bandes et celle à la virgule ont tout simplement les sept têtes de séries et le pays hôte dans leurs escarcelles. Un règne bicéphale quasiment sans partage. Quasiment, puisque cinq autres marques habillent sept des huit* nations restantes. Si New Balance (Panama, Costa Rica) fait une entrée remarquée, les autres « petits » Umbro (Pérou, Serbie), Uhlsport (Tunisie), Errea (Islande) et Hummels (Danemark) résistent. Et comme si cela ne suffisait pas c’est une équipe estampillée Adidas qui a éliminé l’Italie. Un vrai coup dur !

Il ne reste plus qu’à espérer pour Puma que l’Uruguay et la Suisse fassent un bon parcours l’été prochain, voire même que des joueurs de l’écurie comme Antoine Griezmann, Cesc Fabregas ou Sergio Agüero brillent dans le tournoi. Histoire de mettre un peu de baume au cœur de la firme bavaroise.

* Le Sénégal n’a pour l’heure pas d’équipementier officiel depuis la rupture de contrat avec Romai.

À lire aussi : Des maillots historiques revisités pour la Coupe du monde 2018

 

lire le magazine

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.