X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.

Notre shooting mode avec le surfeur italien Leo Fioravanti

Par Thomas Héteau , le 28 mars 2017

Après une très belle année 2016 sur le circuit qualificatif, Leo Fioravanti, 19 ans seulement, accède cette saison au World Championship Tour, terrain de jeu des meilleurs surfeurs de la planète. Une première pour un rider italien qui concrétise tous les espoirs placés en lui.

Premières vagues 	C’est à Cerveteri, petite ville...

Premières vagues

C’est à Cerveteri, petite ville côtière située à une cinquantaine de kilomètres de Rome et bien connue des surfeurs italiens, que Leonardo Fioravanti s’initie à la pratique. Il a 7 ans environ et veut suivre les traces de son frère aîné. « Tous mes potes jouaient au foot, mais moi je ne pensais qu’à surfer », se souvient-il. « Lorsque les conditions étaient vraiment bonnes, ma mère me couvrait pour que je puisse sécher l’école et profiter des belles vagues. Elle a toujours été complice de cette passion. »

Pour parfaire sa technique, le jeune rider peut également compter sur les nombreux voyages familiaux sur la côte landaise, devenue aujourd’hui son QG. Ce qu’il aime par-dessus tout dans le surf ? Les sensations de glisse, indescriptibles selon lui, mais aussi le rapport à la nature. « On est en contact direct avec l’océan. On peut voir passer des dauphins ou des tortues, regarder le récif... C’est magique. »


Leo Fioravanti porte un col roulé et veste sans manches PRADA.
 


Premières vagues

C’est à Cerveteri, petite ville côtière située à une cinquantaine de kilomètres de Rome et bien connue des surfeurs italiens, que Leonardo Fioravanti s’initie à la pratique. Il a 7 ans environ et veut suivre les traces de son frère aîné. « Tous mes potes jouaient au foot, mais moi je ne pensais qu’à surfer », se souvient-il. « Lorsque les conditions étaient vraiment bonnes, ma mère me couvrait pour que je puisse sécher l’école et profiter des belles vagues. Elle a toujours été complice de cette passion. »

Pour parfaire sa technique, le jeune rider peut également compter sur les nombreux voyages familiaux sur la côte landaise, devenue aujourd’hui son QG. Ce qu’il aime par-dessus tout dans le surf ? Les sensations de glisse, indescriptibles selon lui, mais aussi le rapport à la nature. « On est en contact direct avec l’océan. On peut voir passer des dauphins ou des tortues, regarder le récif... C’est magique. »


Leo Fioravanti porte un col roulé et veste sans manches PRADA.
 


lire le magazine

IMAGE LAFC STORY

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.