X
En poursuivant votre navigation sur Sport&Style.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Boris Becker et Nadia Comaneci font la une de notre dernier numéro

Boris Becker et Nadia Comaneci font la une de notre dernier numéro

Le 05 avril 2018

Pour son nouveau numéro, Sport & Style innove et vous propose deux couvertures spéciales : d'un côté l'ex-tennisman Boris Becker, de l'autre l'ex-gymnaste Nadia Comaneci. Un duo parmi d'autres icônes du sport, façon bureau des légendes, à retrouver ce samedi 7 avril en kiosque avec L'Équipe.

C’est à Claire Mabrut, journaliste et romancière, que nous avons demandé l’impossible : parler de 14 légendes du sport. En parler, non pour dresser
un portrait-robot Wikipédia, mais plutôt pour brosser leur intimité dans le sens inverse du poil, en pleine subjectivité. C’est à l’occasion des Laureus Awards, en compagnie du photographe portraitiste Julien Mignot, qu’elle a pu rencontrer ceux qui ont aujourd’hui largement dépassé le cadre sportif. Elle leur a d’abord demandé si le sport avait toujours le pouvoir de changer le monde. Elle a ensuite décidé de les transformer en personnages de romans, de nouvelles, ce qu’ils sont véritablement.

Nadia Comaneci, la reine
Bien que née plus de dix ans après que la gymnaste ait marqué l’histoire des Jeux olympiques en récoltant sept 10/10 et trois médailles d’or à Montréal en 1976, une amie m’a suppliée de lui ramener un autographe. « Et si jamais tu peux prendre une photo d’elle faisant la roue aussi... » Mais bien sûr, demander cela à « la reine de glace » comme la surnommait sa mère. Au-delà de l’incongruité de la supplique, l’évidence était là : Nadia Comaneci reste une idole. L’icône de la poutre et des agrès. Je n’ai lâchement pas parlé de cette histoire de roue, mais j’ai obtenu la dédicace avec un grand sourire, presque une tendresse même. « Oh, j’ai l’habitude. Bien que je ne comprenne toujours pas vraiment pourquoi, quarante ans plus tard, on continue de me parler de 1976. Certaines personnes me disent même qu’elles se souviennent de ce qu’elles faisaient ce jour-là ! Et Céline Dion m’a dit qu’elle voulait être comme moi quand elle était petite ! » Nadia Comaneci n’a certes pas marché sur la Lune. La magie du sport, sans doute. Et l’énergie intacte de cette athlète hors normes. « Je suis une personne qui a réussi, certes, mais une personne avant d’être une sportive. Peut-être ma détermination ? Quand je dis que je vais faire quelque chose, je le fais, je ne lâche pas. » Ultra impliquée et passionnée par sa mission auprès de Laureus, elle s’avère également concernée par notre shooting. C’est elle qui d’autorité embarque Mark Spitz, le suivant sur notre liste, dans une espèce de duo, lui proposant de faire ensemble quelques mouvements de gym, le reprend (« Mais non, mets ta jambe comme ça ! Et l’autre, tu la plies. ») pour finalement lui suggérer de mimer une leçon de crawl. « Ne vous inquiétez pas, je sais comment faire : la dernière fois, j’ai donné un cours de gym à Emerson Fittipaldi ! » Ok, j’enfile un justaucorps et j’arrive.

Boris Becker, la machine
Ah, Boum-Boum Becker... Voilà près de vingt ans qu’il a raccroché sa raquette mais le surnom lui colle toujours à la peau. C’est même d’ailleurs la première chose qui vient à l’esprit quand il pousse la porte de notre studio photo. Même si l’allure est raide, c’est Boum-Boum qui est là, pas Boris, ni Becker tout court. Et comme sur les courts, pas question de traîner. Sur le set, les photos s’enchaînent à la vitesse de ses échanges restés célèbres avec Stefan Edberg lors de sa troisième victoire à Wimbledon ou Ivan Lendl à l’US Open en 1989, sans doute l’année la plus brillante de sa carrière. Face, profil, de trois quarts, lumière naturelle, fond blanc, fond gris, portrait, silhouette en pied, c’est dans la boîte. Du coup, on envoie les questions comme des aces, histoire de tenir le rythme de la machine Boum-Boum.

Découvrez la suite du sujet dans le nouveau numéro de Sport & Style, disponible gratuitement avec L'Équipe le samedi 7 avril.

 

lire le magazine

© L'équipe 24/24 2016 - Tous droits réservés

contacts - C.G.U.